Dernier appel pour participer à la recherche de Samar DIMACHKI

Date limite d’inscription :
Le 31 octobre 2019.

Chers orthophonistes,
Nombreux sont ceux qui, parmi nous, accordent une importance franche à la recherche. Étant conscients que la science est en perpétuelle évolution, que nos métiers, dans le domaine du paramédical, dépendent étroitement du progrès scientifique, il nous appartient, en tant que professionnels, de s’intéresser et de participer activement à l’entretien des liens, entre la science et nos pratiques.

Je sollicite aujourd’hui votre solidarité, en vous proposant une participation active à une étude portant sur les bénéfices émotionnels et cognitifs dans la prise en charge à distance avec les outils informatisés HappyNeuron de SBT des personnes âgées souffrant de troubles cognitifs légers  ou  de la maladie d’Alzheimer.
Il n’y a pas de petite ou de grande contribution. Chacune et chacun d’entre vous peut participer et nous faire partager son expérience. Toute contribution est précieuse.

DESCRIPTIF DU PROTOCOLE

Concrètement, le protocole expérimental se présentera comme suit pour chaque sujet.
8 mois de prise en charge dans le cadre de la recherche, incluant :

        1. des évaluations neuropsychologiques en pré-entraînement pour déterminer le niveau a la ligne de base (1h30) ;
        2. une phase de 4 mois d’entraînement cognitifs. Les séances (45 min.) seront assurées au cabinet et à distance ;
        3. des évaluations post-entraînements pour comparer l’évolution par rapport au niveau cognitif de base (1h30) ;
        4. une évaluation finale à 3 mois des entraînements pour vérifier le maintien de l’évolution à long terme (1h30).

 

Tous les tests neuropsychologiques et les épreuves expérimentales seront bien évidemment fournis.
Si vous suivez un ou plusieurs patients avec un trouble cognitif léger ou moyen, il s’agirait donc de leur proposer ce protocole.
Cette recherche se veut résolument interactive. Je serai continuellement à votre écoute et je partagerai régulièrement nos avancées.

Pour ceux qui se sentent motivés pour faire progresser les modalités de rééducation de la personne âgée souffrant de déficits cognitifs, je vous invite à me communiquer votre souhait de participation en m’envoyant votre CV avec l’adresse de votre lieu d’exercice professionnel apparente sur le CV , concis, mais bien daté et signé (un modèle de CV classique est téléchargeable ici pour ceux. celles  qui n’en ont pas un tout prêt). Vous ferez alors officiellement partie de la liste des investigateurs enregistrés et pourrez faire passer à vos patients le protocole d’entrainement cognitif à tester. Uniquement pour les orthophonistes qui auraient manifesté leur intérêt, je fournirai des informations complètes et détaillées concernant ce projet avant tout engagement de votre part.

Les inscriptions se sont arrêtées
le 31 octobre 2019.

Nous remercions chaleureusement
tous les participants !
L’équipe HappyNeuron

Il est à savoir que cette étude est pilotée par le laboratoire EMC de l’Université Lumière Lyon 2 sous la direction de Pr. Hanna Chainay et Dr. Bernard Croisile, neurologue des hôpitaux, à l’Hôpital Neurologique (Hospices civils de Lyon). Cette étude a aussi obtenu un avis favorable du CPP (comité de protection de la personne) et de la CNIL. Pour ce faire, et mener à bout ce projet dans un cadre éthique, nous devons rester conformes aux exigences du  CPP. Cela nécessitera, par exemple, l’inclusion du nom de tous les collaborateurs au projet (notamment le nom des orthophonistes investigateurs). De même une certaine conduite à tenir en termes de rigueur et de précision dans la gestion du protocole nous sera demandée.

Les orthophonistes désireux.es de participer à cette étude devraient prévoir un engagement qui s’étendrait sur 18 mois  à compter de janvier 2020. L’entrainement en soi, qui est un prolongement à domicile de la pratique clinique ordinaire, ne se fera que sur 4 mois par patient. Toutefois, les deux ans d’engagement comporteront des temps d’inclusions de plusieurs patients, des tests pré-entrainements, post-entrainements, ainsi que des évaluations à long terme et de transfert.

Bien sûr, si l’un.e des orthophonistes investigateur constate que cet engagement est trop couteux pour lui, il a toujours la possibilité d’interrompre la collaboration, une fois que le protocole est terminé avec les patients en cours de passation.

Je suis évidemment disponible pour toute demande d’informations supplémentaires.
En comptant sur votre curiosité scientifique et votre générosité, je vous souhaite une excellente journée.

Bien à vous,

Samar DIMACHKI,
Orthophoniste, Doctorante en Sciences cognitives – Neuropsychologie et Neurosciences cliniques