<< Retour à la liste des mémoires

Etude de la reconnaissance des émotions de base chez les enfants avec un trouble spécifique du langage oral et liens avec leurs capacités d’inhibition et de flexibilité


Auteur.e.s : Baleste Maylis et Gerboud Soizick
Directrice(s)/Directeur(s) : Cadlhac C.
Année : 2016
Université : Montpellier
Nb de pages (annexes incluses) : 128
Mots clés : TSLO, dysphasie, reconnaissance des émotions, fonctions exécutives, inhibition

Résumé :

La reconnaissance des émotions est primordiale pour assurer les interactions sociales. Il s’agit d’un processus qui pourrait impliquer un traitement cognitif élevé, notamment exécutif. Les difficultés des enfants avec un trouble spécifique du langage oral (TSLO) sur le plan de la communication pourraient s’expliquer, non seulement par leurs troubles du langage formel, mais aussi par un déficit de traitement des émotions. Ce déficit pourrait être en lien avec un dysfonctionnement exécutif connu dans cette population.
Afin d’évaluer ces capacités, notre protocole expérimental se compose de trois épreuves : une tâche de Go – No go évaluant l’inhibition, une tâche de reconnaissance des émotions et une tâche de flexibilité (Trail Making Test). Dans l’épreuve de reconnaissance, les quatre émotions de base (joie, colère, tristesse et peur) sont présentées selon quatre modalités : auditivo-visuelle dynamique, visuelle dynamique, auditive et visuelle figée. Ce protocole a été proposé à 33 enfants TSLO et 33 enfants tout-venant, âgés de 8 à 12 ans.
Les enfants avec TSLO n’éprouvent pas de difficulté dans la reconnaissance des émotions, sauf lorsqu’elles sont présentées en modalité visuelle dynamique. Ils obtiennent des résultats chutés aux parties attentionnelles des épreuves de fonctions exécutives ainsi que dans l’évaluation de la flexibilité mais pas de l’inhibition. Enfin les résultats aux épreuves de reconnaissance des émotions ne sont pas corrélés aux résultats des épreuves de fonctions exécutives.


Lire le mémoire
(Consulté 782 fois)