<< Retour à la liste des mémoires

Prévalence et analyse descriptive des troubles du comportement alimentaire chez les enfants vulnérables de 0 à 36 mois


Auteur.e.s : Fabres Manon
Directrice(s)/Directeur(s) : Lathuillière Marine, Trilles-Condat Monique, Daude Hubert, Blanchet Catherine
Année : 2019
Université : Montpellier
Nb de pages (annexes incluses) : 110
Mots clés : trouble du comportement alimentaire (TCA), enfants vulnérables, prévalence, prise en soin précoce, facteurs et étiologies

Résumé :

Contexte : Les troubles du comportement alimentaire (TCA) du nourrisson et du jeune enfant (0-36 mois), à différencier des troubles alimentaires décrits en psychiatrie, sont une catégorie de troubles à part entière encore peu étudiée dans les aspects pathologiques. Bien que des études portent sur les TCA chez les enfants tout-venants, peu de recherches se sont intéressées aux TCA dans une population d’enfants vulnérables.
Hypothèses : Les enfants vulnérables sont à risque de présenter un trouble du comportement alimentaire. Le degré de vulnérabilité a une incidence sur la présence de TCA et sur leur sévérité.
Objectifs : Déterminer la prévalence des TCA chez les enfants vulnérables de 6 à 36 mois à partir d’un questionnaire parental validé francophone (Echelle d’alimentation de l’Hôpital de Montréal pour Enfants HME). Définir les facteurs ayant un lien significatif avec la présence de TCA et encourager le dépistage précoce chez le très jeune enfant (0-6 mois) grâce au questionnaire « étiologies » réalisé pour cette étude.
Méthode : Analyses statistique (échelle HME) et descriptive (questionnaire « étiologies ») pour les enfants de 6 à 36 mois (étude 1) : 67 participants (27 filles, 40 garçons), âge M= 18.9 mois (ET8.0) dont 44 enfants à très haut risque de vulnérabilité, 16 à haut risque et 7 à risque modéré. Analyse descriptive (questionnaire « étiologies ») pour les enfants de 0 à 6 mois (étude 2) : 34 participants (11 filles, 23 garçons), âge M= 3.4 mois (ET1.5).
Résultats : La prévalence des TCA est de 27% chez les sujets de 6 à 36 mois de notre cohorte. Il n’existe pas de lien statistiquement significatif entre le degré de vulnérabilité de l’enfant et le risque de présenter un TCA ni entre le degré de vulnérabilité et la sévérité du TCA (p > 0.05). Une différence significative (p < 0.05) est observée entre les deux groupes (avec et sans TCA) pour les facteurs étudiés suivants : difficultés de passage à la cuillère, présence d’hypersensibilités sensorielles, présence de TCA chez la mère et présence de TCA dans la fratrie. Chez les enfants de 0 à 6 mois, les fausses routes et les difficultés de tétée sont très fréquentes (76% et 47% respectivement).
Conclusion et perspectives : Toutes nos hypothèses ne sont pas vérifiées : les enfants vulnérables semblent à risque de présenter un TCA mais la présence de TCA et la sévérité du TCA ne dépendent pas du degré de vulnérabilité de l’enfant. Les difficultés de passage à la cuillère, les hypersensibilités sensorielles, la présence de TCA chez la mère et la présence de TCA dans la fratrie ont un lien statistiquement significatif avec la présence de TCA mais leurs liens de causalité restent encore à objectiver. Chez les nourrissons (0-6 mois), la prise en soin précoce pour les difficultés de tétée et les fausses routes est à soutenir. Une étude sur un échantillon plus important est nécessaire pour valider ces résultats. Il serait également intéressant de développer un outil d’évaluation des TCA prenant en compte la tranche d’âge de 0 à 6 mois.


Lire le mémoire
(Consulté 10 fois)