<< Retour à la liste des mémoires

Pratique rythmique et dynamique de l’interaction langagière chez l’enfant sourd


Auteur.e.s : Cachi-Pouyenne Marie et Schuh Camille
Directrice(s)/Directeur(s) : Céline Hidalgo
Année : 2020
Université : Marseille
Nb de pages (annexes incluses) : 95
Mots clés : surdité, langage, convergence, interaction, conversation

Résumé :

Une interaction conversationnelle efficace nécessite que les interlocuteurs possèdent des capacités conversationnelles telles que des capacités de convergence et pragmatique. La surdité pourrait engendrer des difficultés à développer ces capacités. Cependant, ces deux domaines nécessitant des conditions d’évaluation écologiques, ils sont encore peu explorés. Par ailleurs, l’hypothèse OPERA postule que la musique et le langage partagent des caractéristiques et des processus de traitements communs et que la pratique musicale remplit les conditions nécessaires à un effet de transfert des compétences musicales vers les compétences langagières. Selon la Dynamic Attending Theory, le rythme serait l’élément musical clé qui permettrait d’améliorer le traitement du langage grâce au développement de capacités de prédiction.
Le but de notre étude était de créer une tâche conversationnelle permettant de tester les capacités conversationnelles des enfants malentendants (ME) pour les comparer à celles d’un groupe d’enfants normo-entendants (NE). De plus, elle avait pour visée de tester l’effet d’un entraînement rythmique versus un entraînement contrôle tonal sur ces capacités.
Nos hypothèses étaient d’une part que les performances conversationnelles des enfants ME seraient moins élevées que celles des enfants NE et d’autre part que la convergence entre l’adulte et les enfants ME serait améliorée par l’entraînement rythmique. Le paradigme expérimental mis en place est une situation de conversation semi-dirigée entre un enfant et un adulte à l’aide d’un support – une MapTask – créée dans le but d’induire différents types d’interactions verbales. Cette tâche écologique a été testée auprès d’enfants NE âgés de 5 à 9 ans puis auprès d’enfants ME appariés en âge, à la suite d’un entraînement rythmique et tonal de 30 minutes.
Les paramètres conversationnels étudiés montrent peu de différence entre enfants ME et NE et un effet mesuré de la stimulation rythmique. La contrainte temporelle n’a pas permis d’effectuer des analyses à visée pragmatique.


Lire le mémoire
(Consulté 12 fois)