<< Retour à la liste des mémoires

Influence des modalités verbale et non verbale dans l’évaluation des fonctions éxécutives d’inhibition cognitive et de flexibilité mentale chez des enfants bilingues précoces de CM2 consultant en orthophonie


Auteur.e.s : Hoellinger Catherine et Sarfati Emma
Directrice(s)/Directeur(s) : Fanny STEIB
Année : 2020
Université : Strasbourg
Nb de pages (annexes incluses) : 43
Mots clés : bilinguisme, fonctions executives, inhibition, flexibilité, évaluation

Résumé :

Les épreuves orthophonistes évaluant les patients bilingues, population en augmentation dans les cabinets, ciblent majoritairement les compétences langagières, au risque de déconsidérer certaines habiletés cognitives en lien avec les apprentissages fondamentaux. L’objectif de cette étude est de préciser le profil exécutif des bilingues consultant en orthophonie. Nous nous interrogeons sur l’influence de la nature des épreuves proposées sur leurs performances.
Pour cela nous avons évaluer les fonctions exécutives (FE) d’inhibition cognitive et de flexibilité mentale chez deux groupes d’enfants bilingues précoces de CM2 via 8 épreuves verbales et non verbales :(a) 26 enfants bilingues non consultant en orthophonie (BI-NC), (b) 8 enfants bilingues consultant en orthophonie (BI-C) pour divers troubles d’apprentissage. Nous formulons trois hypothèses. H1 : Aucune différence de performance ne s’observe en modalité non-verbale entre les deux groupes. H2: Les Bi-NC présentent des performances supérieures en modalité verbale. H3: Les Bi-NC présentent des performances supérieures en modalité verbale lorsque les groupes sont appariés en modalité non-verbale. Nos résultats confirment H1 et ne valident pas H2 et H3. La modalité des épreuves ne semble ainsi pas avoir d’influence sur les performances exécutives des Bi-C dans notre étude.
Nous expliquons nos résultats en trois points. Nous abordons d’abord les biais présents dans notre protocole. Ensuite, l’avantage exécutif communément attribué aux bilingues (Bialystok, 2004) pourrait s’exprimer chez les Bi-C en dépit de leurs difficultés. Enfin, cette étude confirme la complexité de l’évaluation des FE ainsi que les spécificités des profils des patients bilingues.
Nos résultats encourageront les orthophonistes à compléter le bilan des patients bilingues par des épreuves d’évaluation des FE ainsi que les spécificités des profils des patients bilingues. Nos résultats encourageront les orthophonistes à compléter le bilan des patients bilingues par des épreuves d’évaluation des FE verbales et non verbales pour préciser les particularités et habiletés cognitives sur lesquelles appuyer la prise en soin.


Lire le mémoire
(Consulté 8 fois)