<< Retour à la liste des mémoires

Participation active du chien médiateur à la prise en soin orthophonique : impact sur la communication et le bien-être de patients présentant une Démence de Type Alzheimer ou maladie apparentée résidant en EHPAD.


Auteur.e.s : Merou Aurélie
Directrice(s)/Directeur(s) : MARTIN Sylvie et DENNI-KRICHEL Nicole
Année : 2020
Université : Strasbourg
Nb de pages (annexes incluses) : 79
Mots clés : Démence de Type Alzheimer, orthophonie, Thérapie Assistée par l’Animal, communication, bien-être

Résumé :

Introduction. L’objectif de cette étude est de mettre en évidence l’impact de la participation active d’un chien médiateur aux séances d’orthophonie sur la communication et le bien-être de patients atteints de Démence de Type Alzheimer (DTA) ou maladie apparentée. Les six patientes incluses dans l’étude résident en EHPAD et se situent à un stade modéré de la maladie.
Méthode. Le protocole expérimental comporte quatre séances divisées en deux phases, visant à comparer la communication et l’état émotionnel des patientes en l’absence du chien (phase A) et en présence active du chien (phase B). Nous avons élaboré des activités de stimulation cognitive et langagière adaptées aux capacités de nos sujets et permettant une inclusion du chien lors des séances de la phase B. Nous mesurons la fréquence d’actes verbaux et non verbaux, l’adéquation du discours, la fréquence d’expressions faciales émotionnelles et l’humeur des patientes à chaque séance à l’aide de grilles et d’outils spécifiques.
Résultats. Cette étude montre un effet bénéfique de la participation active du chien sur les performances communicationnelles des six patientes. La fréquence des actes verbaux et non verbaux est significativement plus élevée au cours des séances avec le chien, et l’adéquation du discours des patientes est meilleure dans la cohésion et la cohérence. De plus, on constate une augmentation des émotions de joie et une diminution des émotions d’anxiété et de tristesse, se répercutant sur une humeur qualitativement meilleure lors des séances avec le chien.
Conclusion. Les résultats obtenus sont positifs, ils confirment et complètent ceux d’études précédentes. Certaines limites de notre protocole viennent cependant les nuancer. Il semble pertinent de répliquer l’étude avec un nombre plus important de participants et une évaluation sur le long terme.


Lire le mémoire
(Consulté 7 fois)