<< Retour à la liste des mémoires

Impact du repas convivial sur l’oralité alimentaire et verbale des patients hospitalisés au sein de l’unité cognitivo-comportementale du CHU de Montpellier


Auteur.e.s : Pesce Géraldine
Directrice(s)/Directeur(s) : MACKE Delphine et LEMBACH Marie
Année : 2020
Université : Montpellier
Nb de pages (annexes incluses) : 128
Mots clés : Trouble neurocognitif majeur, oralité, alimentation, repas convivial, approche Montessori

Résumé :

Introduction : Les patients avec Trouble Neurocognitif Majeur présentent souvent des troubles de l’oralité verbale et alimentaire retentissant sur leur santé et leur qualité de vie. Les troubles du langage et de la communication entraînent une diminution progressive des interactions. Les difficultés sensorielles, cognitives, comportementales, médicales et les troubles de la déglutition compliquent la qualité de la prise alimentaire.
L’intervention orthophonique s’intègre dans une démarche pluridisciplinaire prenant en compte l’aspect global et multidimensionnel de l’alimentation. Ce mémoire, réalisé au sein de l’Unité Cognitivo-Comportementale du C.H.U. de Montpellier, porte sur une intervention non médicamenteuse basée sur l’approche Montessori adaptée à la personne âgée : « le repas convivial ». L’objectif est d’évaluer, de manière écologique, l’impact de cette activité sur certains aspects de l’oralité et sur les manifestations comportementales problématiques des patients hospitalisés au sein de l’unité.
Méthodes : Cette étude comparative intra-individuelle comprenait 14 participants. Les sujets étaient leurs propres témoins au cours de leur participation à un déjeuner habituel et à un repas convivial. La version réduite de l’inventaire neuropsychiatrique (NPI-R) et une grille d’observation de repas créée pour l’étude sont les principaux outils méthodologiques utilisés pour ce travail.
Résultats : Il existe une amélioration significative en ce qui concerne l’autonomie, les apports hydriques, le nombre total de prises de parole, le nombre de commentaires positifs et le nombre de sourires. Une diminution des manifestations comportementales problématiques est également constatée durant cette activité.
Conclusion : Malgré les limites d’ordre méthodologique et le petit effectif de l’échantillon, les résultats préliminaires de cette étude exploratoire sont encourageants et invitent à poursuivre le repas convivial auprès de ces patients. D’autres travaux sont nécessaires pour appuyer ces résultats.


Lire le mémoire
(Consulté 42 fois)