<< Retour à la liste des mémoires

L’influence des distracteurs sonores et visuels sur les capacités d’identification de la parole chez l’adolescent sourd : Etude comparative selon l’âge


Auteur.e.s : DUCROQUET Axelle
Directrice(s)/Directeur(s) : ANDRÉ Jérôme et LECOUFLE Camille
Année : 2021
Université : Lille
Nb de pages (annexes incluses) : 52
Mots clés : Surdité, Perception, Distracteurs visuels

Résumé :

Au quotidien, les enfants atteints de déficience auditive doivent pouvoir comprendre la parole dans un environnement riche en éléments perturbateurs au niveau auditif et visuel. Ce mémoire a pour but d’étudier l’impact des distracteurs auditifs et visuels en modalité auditive, visuelle et audiovisuelle sur l’identification de la parole des jeunes sourds et l’influence de l’âge sur la gestion de ces éléments distracteurs. Nous avons proposé à dix-neuf collégiens sourds âgés de onze à quinze ans de visionner des vidéos et d’écouter des bandes-son d’un orateur énonçant des phrases de quatre mots, puis de réaliser une tâche d’identification des mots en liste fermée. Huit épreuves, composées de vingt phrases chacune, ont été proposées dans les modalités auditives, visuelles et audiovisuelles, avec ou sans distracteurs visuels écologiques et auditifs. Les résultats ont été comparés statistiquement entre les épreuves neutres et celles avec distracteurs, et selon les âges des participants.
Le bruit a un impact négatif sur l’identification de la parole. L’influence des distracteurs visuels en modalité visuelle et celle des distracteurs visuels et auditifs en modalité audiovisuelle n’ont pas été démontrées. Pour certains participants, les perturbateurs visuels permettent de recruter davantage d’attention et d’améliorer les résultats en modalité visuelle. Le bénéfice audiovisuel leur a permis d’identifier les phrases malgré la présence des distracteurs. L’âge n’a pas d’influence sur la gestion des distracteurs dans l’étude, d’autres facteurs peuvent engendrer des différences interindividuelles.
Dans une perspective d’amélioration, la pupillométrie pourrait permettre d’étudier le recrutement cognitif en présence d’éléments perturbateurs dans l’environnement.


Lire le mémoire
(Consulté 1 fois)