<< Retour à la liste des mémoires

L’accommodation phonetique entre la parole fluente et non-fluente


Auteur.e.s : POINOT Marie
Directrice(s)/Directeur(s) : DIDIRKOVA Ivana
Année : 2021
Université : Lyon
Nb de pages (annexes incluses) : 58
Mots clés : voix, bégaiement, convergence, adulte, phonétique

Résumé :

La théorie de l’accommodation étudie l’imitation inconsciente qui s’opère lors d’une conversation entre deux individus. L’étude présentée ici s’est intéressée au bégaiement, qui est un trouble de la parole et de la communication, sous l’angle de cette théorie. Ainsi, l’impact d’une parole fluente sur une parole non-fluente a été mesuré grâce aux paramètres vocaux comme la fréquence fondamentale, les formants, le shimmer, le jitter, le ratio bruit-harmonique (HNR) et le délai d’établissement du voisement (VOT).
L’objectif de cette étude était de mesurer si la voix des participants s’était rapprochée ou éloignée de celle de l’intervenant après une conversation.
Pour ce faire, une tâche de lecture de mots bisyllabiques a été proposée à 11 personnes qui bégaient et à 11 personnes normo-fluentes en pré-test puis en post-test. La tâche test consistait à lire des dominos verbaux en alternance avec l’intervenant afin de créer un tour de rôle verbal, comme lors d’une conversation spontanée.
Les résultats ont montré une tendance à la divergence des personnes qui bégaient, bien qu’elles aient convergé sur certains paramètres. Ainsi, les personnes normo-fluentes ont davantage convergé que les personnes qui bégaient. Un effet non significatif de la sévérité du bégaiement a été retrouvé. Un effet significatif du genre a été observé : les hommes ont plus convergé que les femmes. L’hypothèse que l’accommodation dépend du paramètre vocal étudié est alors validée : certains paramètres ont convergé tandis que d’autres ont divergé.
Les résultats n’étant pas significatifs pour la plupart, il serait souhaitable de répliquer cette étude en augmentant le nombre de sujets. De plus, une étude similaire étudiant l’impact de la parole non-fluente sur la parole fluente permettrait de conclure à une symétrie ou une asymétrie de l’accommodation. Enfin, l’utilisation d’un autre protocole permettrait d’étudier d’autres formes d’accommodation, comme l’accommodation lexicale ou syntaxique.


Lire le mémoire
(Consulté 8 fois)