<< Retour à la liste des mémoires

Analyse des fluences verbales dans les troubles bipolaires en période euthymique : une approche neurodéveloppementale


Auteur.e.s : PUECH Isabelle
Directrice(s)/Directeur(s) : BELZEAUX Raoul et CERMOLACCE Michel
Année : 2021
Université : Marseille
Nb de pages (annexes incluses) : 43
Mots clés : Orthophonie, Troubles bipolaires, Fluences verbales, Neurodéveloppement

Résumé :

Le trouble bipolaire est une pathologie chronique invalidante y compris en période euthymique. Les troubles cognitifs résiduels sont mis en évidence par des tests neuropsychologiques. Les fluences verbales sémantique et lexicale, largement utilisées ne sont toutefois analysées que de manière quantitative. Les processus qui la sous-tendent ne sont pas clairs. Elles sont déficitaires chez les patients bipolaires mais la littérature fait état d’une grande hétérogénéité clinique qui soulève l’hypothèse d’une origine neurodéveloppementale de la maladie. Deux marqueurs neurodéveloppementaux robustes, un âge précoce de survenue de la maladie et la présence d’antécédents de symptômes psychotiques aggraveraient les manifestations du trouble bipolaire. Le but de l’étude est d’une part de mieux comprendre la nature des fluences verbales, et d’autre part d’évaluer la pertinence du choix de cette épreuve parmi d’autres tests exécutifs et langagiers afin de discriminer les sujets selon la présence ou non de marqueurs neurodéveloppementaux. 324 sujets bipolaires ont été inclus dans l’étude. Nous avons utilisé les paramètres de clustering et de switching dans l’analyse des corrélations entre les fluences verbales, des tests exécutifs et une épreuve de vocabulaire. Ensuite, les marqueurs neurodéveloppementaux ont servi à constituer deux groupes de sujets. Des analyses univariées et multivariées ont été effectuées pour comparer les performances des deux groupes. Les résultats montrent que les fluences verbales sont notamment corrélées à la flexibilité et au vocabulaire. Parmi tous les tests sélectionnés, la fluence lexicale a permis de discriminer les sujets. L’utilisation de tests de fluences autres que ceux classiquement proposés et de paramètres plus qualitatifs permettrait peut-être de mieux distinguer les sujets bipolaires afin de pouvoir leur proposer une prise en charge plus adaptée.


Lire le mémoire
(Consulté 1 fois)