<< Retour à la liste des mémoires

Etude preliminaire d’un questionnaire d’evaluation de l’estime de soi (QESD) : comparaison des scores a ce questionnaire entre des enfants dyslexiques et des enfants normolecteurs scolarises en CM1/CM2


Auteur.e.s : SAYAQUE Audrey
Directrice(s)/Directeur(s) : LELOUP Gilles et MANERA Valeria
Année : 2021
Université : Nice
Nb de pages (annexes incluses) : 55
Mots clés : évaluation, estime de soi, dyslexie, enfants, questionnaire

Résumé :

L’estime de soi permet l’évaluation par une personne de ses caractéristiques physiques, ses comportements, habiletés et performances. L’estime de soi des enfants lecteurs dyslexiques est d’autant plus importante qu’elle joue un rôle dans le développement global, les apprentissages et la santé mentale. Il n’existe aucun questionnaire français permettant d’évaluer l’estime de soi des enfants dyslexiques. Ainsi, nous avons mis en place un questionnaire d’évaluation de l’estime de soi chez les enfants dyslexiques en CM1/CM2 (QESD) afin de comparer les scores à ce questionnaire entre un groupe de 15 enfants lecteurs dyslexiques (LD) et un groupe de 23 enfants normolecteurs (NL). Les enfants ont été répartis dans les deux groupes suite à un prétest (lecture de texte signifiant et non signifiant, lecture de mots réguliers, irréguliers et de pseudomots fréquents et peu fréquents, dictée de phrases, épreuve de compréhension orale). Les résultats n’ont montré aucune différence significative quelle que soit la dimension considérée. Cependant les analyses descriptives ont souligné des moyennes plus faibles pour le groupe « LD » concernant les dimensions « importance des domaines » avec une moyenne de 37,4/56 contre 40,7/56 pour le groupe « NL », celle « scolaire » avec une moyenne de 38,2/60 contre 41/60, celle « comportementale » avec une moyenne de 16/24 contre 17,8/24 et celle « globale » avec une moyenne de 18/24 contre 18,4/24. Une des limites de cette recherche est l’échantillon insuffisant ainsi que la fermeture d’une sur deux des écoles constituant le groupe « NL ». Des résultats plus concluants pourraient être obtenus avec un échantillon plus représentatif de la population d’enfants normolecteurs mais également de celle d’enfants lecteurs dyslexiques.


Lire le mémoire
(Consulté 9 fois)