<< Retour à la liste des mémoires

Etat des lieux de la prise en soin orthophonique du frein de langue restrictif


Auteur.e.s : ZURITA Justine
Directrice(s)/Directeur(s) : CORALLINI Cécile, MONNET Emilie
Année : 2022
Université : Besancon
Nb de pages (annexes incluses) : 90
Mots clés : Frein de langue, Orthophonie, Frénotomie, Oro-myo-fonctionnel

Résumé :

La prise en soin du frein de langue restrictif est un sujet d’actualité qui divise les professionnels et inquiète de nombreux parents. Le manque de données probantes et de recherches méthodologiquement fiables alimente ainsi les fausses-croyances. Généralement évalué et diagnostiqué par une équipe pluridisciplinaire, le frein lingual restrictif est pris en soin par les orthophonistes dont le rôle si important est peu décrit dans la littérature.
Dans ce contexte, nous avons souhaité interroger ces professionnels sur leurs pratiques dans le cadre de cette pathologie, selon quatre tranches d’âge : les 0-12 mois ; 12-24 mois ; 2-9 ans et adolescents/adultes. Ce questionnaire aborde les modalités de prise en soin, les axes de rééducation, les outils thérapeutiques ainsi que la gestion de l’accompagnement parental. L’analyse des réponses démontre un besoin majeur de formation au sein de la profession. La prise en soin du frein de langue restrictif est proposée du nourrisson à l’âge adulte. L’ensemble des catégories d’âge partage des signes cliniques communs dont une fréquence élevée pour les troubles oromyofonctionnels. Les axes de rééducation ciblent majoritairement les fonctions oro-faciales, la sensibilité et la détente des fascias. Pour les jeunes patients, l’accompagnement parental fait partie intégrante de cette rééducation. De plus, l’évaluation et la rééducation des troubles oromyofonctionnels semble primordiale dans le cadre d’un frein lingual restrictif.
L’hétérogénéité des réponses permet de conclure qu’il n’existe pas de protocole de rééducation préétabli. Enfin, cette enquête souligne l’importance d’une rééducation orthophonique des fonctions linguales en première intention avant de décider d’une intervention chirurgicale, qui ne devient plus nécessaire si ces fonctions sont efficientes.”


Lire le mémoire
(Consulté 210 fois)